• Les dames à la licorne

    http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTWNV45EICl7yhJR_n-bnavv7fBIAdiMYkzIYnfBLTVTVmbopMsDe: Barjavel en collaboration avec Olenka de Veer

    Date de parution: 1974

    Editeur: Pocket

    ISBN: 2-266-0294-8

    Nombre de pages: 412

     








    René Barjavel
    : il est né le 24 janvier 1911 à Nyons (Drome). Fils de boulanger, petit fils de paysans, il fait ses études au collège de Nyons puis à celui de Cusset dans l'Allier. Après le bac, il fait de nombreux métiers pour gagner sa vie: pion, employé de banque, conférencier...
    Il devient en 1935 secrétaire de rédaction de la revue Le Document, puis chef de la fabrication des éditions Denoël. Il fait la guerre comme caporal-cuistot dans un régiment de zouaves. Rentré à Paris, il y publie une série de romans d'anticipation qui font de lui le précurseur de la vogue de la "science-fiction".
    Il écrit deux pièces de théâtre de science-fiction : « Le Voyageur Imprudent » et « Mme Jonas dans la baleine ». Après un long intermède au cinéma pendant lequel il n'a presque rien publié, René Barjavel a commencé avec « La Nuit des Temps » et « Le Grand Secret », une seconde carrière de romancier et une nouvelle activité de journaliste avec une chronique hebdomadaire dans Le Journal du Dimanche. Il a également écrit des chansons. Il se livrait, quand il en avait le temps, a une passion, la photographie en couleurs, illustrée par un album (Les Fleurs, la vie). Il est décédé en 1985.

    Olenka de Veer: astrologue et écrivain irlandaise.

     

    Quatrième de couverture: Une terre de légendes : l'Irlande.
    Un descendant de roi, chef rebelle en fuite Hugh O'Farran. Une jeune sauvageonne au prénom étrange : Griselda... Griselda qui rêve, en cette fin du XIXe siècle, d'un destin extraordinaire loin de cette île de Saint-Albans où elle vit avec ses quatre soeurs et ses parents...
    Voici les personnages principaux d'un magnifique roman d'amour inspiré d'une histoire vraie. Une histoire qui pourrait commencer par "Il était une fois cinq filles dans une prison d'eau..." tant elle a la beauté et le mystère d'un conte...

     

    Mon avis: Whaou!

    Je me suis laissée emporter par ce roman, sur les terres irlandaises, et sur cette petite île d'Albans. A tel point, que j'ai fouiné sur le net, pour voir où se situait l'île, et pour voir si les personnages avaient bien existés!

    Plus qu'une histoire d'amour, c'est l'histoire d'une descendance presque divine, qui nous est raconté par Barjavel et par Olenka de Veer, descandante elle-même des personnages du roman. L'histoire d'une famille, mais aussi d'un peuple, celui du peuple irlandais très attaché aux mythes de sa terre, et luttant pour son indépendance.

    Je n'ai pu qu'accrocher à ce livre, moi qui adore les romans qui ont un fond historique, notamment le XIXème siècle, mon siècle fétiche.

     

    Concernant les personnages, tout n'est que dualisme: les anglais et les irlandais, les protestants et les catholiques, les activistes et les pacifiques, les passionnés et les retenus. Mais ce qu'il y a de beau dans ce roman, c'est que ces caractères opposés vont se rencontrer, apprendre à vivre ensemble et même s'aimer. Le couple qui va représenter cette fusion est le couple de Griselda et de Shawn.

    Au départ, je n'aimais pas vraiment Griselda pour être honnête. Très enfantine, toujours en train de rêver à quitter son île, je ne la sentais pas vraiment attachée à sa terre : «Moi je m'en irai! disait-elle à son père à tout juste 17 ans». Mais petit à petit, je me suis attachée à son personnage, étonnée devant sa soif d'indépendance et par son naturel. Incarnant à elle seule la terre irlandaise, fière, rebelle, elle ne pouvait trouver meilleur compagnon que Shawn.

    Quand aux autre soeurs, j'ai également beaucoup apprécié le personnage de Kitty, très humaine. Helen également, avec l'admiration qu'elle porte à son père, et qu'elle transportera sur son futur époux. Jane, petite malicieuse, bien décidée à se marier, malgré son jeune âge, m'a fait sourire plus d'une fois. Elle m'a fait penser à Lydia Bennet, en moins frivole cependant. D'ailleurs la famille m'a rappelé à plusieurs égards, celle des Bennets de Jane Austen. Le père, un peu dépassé par les femmes de sa maison. C'est pourquoi il préfère se retirer la plupart du temps dans son cabinet, afféré à ses recherches. En revanche, la mère est beaucoup plus élégante et raffiné que Mrs Bennet.

    Mais au delà de l'histoire et des personnages, j'ai adoré ce roman pour l'écriture fabuleuse de Barjavel. Il ne me semblait pas avoir découvert une telle poésie dans La nuit des temps. De plus, il donne une atmosphère fantastique au récit, en nous faisant entrer dans l'histoire, par un premier chapitre qui se lit comme un conte. Celui d'un héros, et d'une licorne, s'unissant...Puis, c'est tout le roman qui est ponctué de merveilleux, le lecteur ne sachant jamais ce qui est réel, et ce qui ne l'est pas.

     

    Bien que très frustrée par la fin du récit (les lecteurs doivent me comprendre), je l'ai également adorée car elle offre au lecteur libre court à son imagination! J'ai été d'ailleurs très enthousiaste d'apprendre qu'il y avait une suite à ce roman!

     

    Bref, une lecture très agréable, nous transportant loin et nous laissant finalement à nos rêves.

     

    ...........................................................................................................................................................................................................................

    Dans le cadre d'une LC sur le forum Livraddict.
    D'autres avis : Melisende.

     

    « The Jane Austen Book ClubPottermore: enfin la révélation! »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :